mardi 27 décembre 2011

Virus Fouchier: Les Etats Unis ont financé la recherche. Le virus est une arme biologique


Debate Persists on Deadly Flu Made AirborneNew York Times, December 27, 2011

“You are not going to believe this one,” he told Ron Fouchier, a virologist at the Erasmus Medical Center in Rotterdam. “I think we have an airborne H5N1 virus.”

The news, delivered one afternoon last July, was chilling. It meant that Dr. Fouchier’s research group had taken one of the most dangerous flu viruses ever known and made it even more dangerous — by tweaking it genetically to make it more contagious.

What shocked the researchers was how easy it had been, Dr. Fouchier said. Just a few mutations was all it took to make the virus go airborne.

The discovery has led advisers to the United States government, which paid for the research, to urge that the details be kept secret and not published in scientific journals to prevent the work from being replicated by terrorists, hostile governments or rogue scientists.

Journal editors are taking the recommendation seriously, even though they normally resist any form of censorship. Scientists, too, usually insist on their freedom to share information, but fears of terrorism have led some to say this information is too dangerous to share.

Some biosecurity experts have even said that no scientist should have been allowed to create such a deadly germ in the first place, and they warn that not just the blueprints but the virus itself could somehow leak or be stolen from the laboratory.

Dr. Fouchier is cooperating with the request to withhold some data, but reluctantly. He thinks other scientists need the information.

The naturally occurring A(H5N1) virus is quite lethal without genetic tinkering. It already causes an exceptionally high death rate in humans, more than 50 percent. But the virus, a type of bird flu, does not often infect people, and when it does, they almost never transmit it to one another.

If, however, that were to change and bird flu were to develop the ability to spread from person to person, scientists fear that it could cause the deadliest flu pandemic in history.

The experiment in Rotterdam transformed the virus into the supergerm of virologists’ nightmares, enabling it to spread from one animal to another through the air. The work was done in ferrets, which catch flu the same way people do and are considered the best model for studying it.

“This research should not have been done,” said Richard H. Ebright, a chemistry professor and bioweapons expert at Rutgers University who has long opposed such research. He warned that germs that could be used as bioweapons had already been unintentionally released hundreds of times from labs in the United States and predicted that the same thing would happen with the new virus.

“It will inevitably escape, and within a decade,” he said.

But Dr. Fouchier and many public health experts argue that the experiment had to be done.

If scientists can make the virus more transmissible in the lab, then it can also happen in nature, Dr. Fouchier said.

Knowing that the risk is real should drive countries where the virus is circulating in birds to take urgent steps to eradicate it, he said. And knowing which mutations lead to transmissibility should help scientists all over the world who monitor bird flu to recognize if and when a circulating strain starts to develop pandemic potential.

“There are highly respected virologists who thought until a few years ago that H5N1 could never become airborne between mammals,” Dr. Fouchier said. “I wasn’t convinced. To prove these guys wrong, we needed to make a virus that is transmissible.”

Other virologists differ. Dr. W. Ian Lipkin of Columbia University questioned the need for the research and rejected Dr. Fouchier’s contention that making a virus transmissible in the laboratory proves that it can or will happen in nature. But Richard J. Webby, a virologist at the St. Jude Children’s Research Hospital in Memphis, said Dr. Fouchier’s research was useful, with the potential to answer major questions about flu viruses, like what makes them transmissible and how some that appear to infect only animals can suddenly invade humans as well.

“I would certainly love to be able to see that information,” Dr. Webby said, explaining that he has a freezer full of bird flu viruses from all over the world. “If I detect a virus in our activities that has some of these changes, it could change the direction of what we do.”


Some scientists dismiss fears of bioterrorism via influenza, because flu viruses would not make practical weapons: they cannot be targeted, and they would also infect whoever deployed them.

Dr. Fouchier said it would be easier to weaponize other germs. Which ones? He would not answer.

“That should tell you something,” he said. “I won’t tell you what I as a virologist would use, but I would publish this work.”

However, some experts argue that appeals to logic are useless.

“You can’t know who might try to re-create H5N1,” said Michael T. Osterholm, director of the Center for Infectious Disease Research and Policy at the University of Minnesota.

The A(H5N1) bird flu was first recognized in Hong Kong in 1997, when chickens in poultry markets began dying and 18 people fell ill, 6 of them fatally. Hoping to stamp out the virus, the government in Hong Kong destroyed the country’s entire poultry industry — killing more than a million birds — in just a few days. Buddhist monks and nuns in Hong Kong prayed for the souls of the slaughtered chickens, and world health officials praised Hong Kong for averting a potential pandemic.

But the virus persisted in other parts of Asia, and reached Europe and Africa; that worries scientists, because most bird flus emerge briefly and then vanish. Millions of infected birds have died, and many millions more have been slaughtered. Since 1997, about 600 humans have been infected, and more than half died.

Dr. Donald A. Henderson, a leader in the eradication of smallpox and now a biosecurity expert at the University of Pittsburgh, noted that even the notorious flu pandemic of 1918 killed only 2 percent of patients.

“This is running at 50 percent or more,” Dr. Henderson said. “This would be the ultimate organism as far as destruction of population is concerned.”

Dr. Fouchier was working on AIDS when the first bird flu outbreak occurred. He immediately became fascinated by the new disease and gave up AIDS to study it. He has worked on bird flu for more than a decade.

The medical center in Rotterdam built a special 1,000-square-foot virus lab for this work, a locked-down place where people work in spacesuits in sealed chambers with filtered air and multiple precautions to keep germs in and intruders out and to protect the scientists from infection. Dr. Fouchier said that even more security measures had been added recently because of the publicity about his work.

The Dutch government and the United States Centers for Disease Control and Prevention approved the laboratory, and the National Institutes of Health gave the Erasmus center a seven-year contract for flu research.

Because a government advisory panel has recommended that the full recipe for mutating the bird flu virus not be published, Dr. Fouchier declined to explain much about how it was done.

But he previously described the work at a public meeting, and various publications have reported that the experiment involved creating mutations in the virus and then squirting it into the respiratory tracts of ferrets. When the ferrets got sick, the researchers would collect their nasal secretions and expose other ferrets to the virus. After repetitions of this process, a strain of virus emerged from sick ferrets last summer that could infect animals in nearby cages without being squirted into them — just by traveling through the air.

The published reports say five mutations were all it took to transform the virus. Dr. Fouchier declined to confirm or deny that, and would say only that it took “a handful” of mutations.

Looking back on that day in July with Sander Herfst, the member of his team who told him the virus had gone airborne, Dr. Fouchier said, “We both needed a beer to recover from the shock.”

Then they planned their next step, repeating the experiment to make sure the results were reliable. There was one major obstacle: they had run out of ferrets. They ordered a new shipment from Scandinavia. So they had to wait several weeks to find out whether their discovery was real. Dr. Herfst took a vacation, timed to end the day the ferrets arrived.

They ran the tests again. Once more, A(H5N1) went airborne.


A version of this article appeared in print on December 27, 2011, on page A1 of the New York edition with the headline: Debate Persists On Deadly Flu Made Airborne.

jeudi 15 décembre 2011

L'eldorado des vaccins


Vaccins: GSK inaugure un nouveau site dans un marché en pleine croissance, Agence France Presse, 15 décembre 2011


Saint-Amand-les-Eaux (Nord) - Le groupe pharmaceutique GlaxoSmithKline a inauguré jeudi un site mondial de production de vaccins à Saint-Amand-les-Eaux (Nord), un investissement de taille pour le groupe qui traduit l'offensive des grands laboratoires sur un marché en forte croissance.

GSK a dépensé près de 600 millions d'euros dans ce nouveau site, décidé en 2006, qui emploie aujourd'hui 600 personnes, et dispose d'une capacité de production de plus de 300 millions de doses de vaccins par an.

C'est un investissement majeur pour un groupe international comme GSK, mais aussi un investissement industriel majeur sur le territoire hexagonal, a déclaré à l'AFP le président de GlaxoSmithKline France, Hervé Gisserot.

GSK, comme d'autres grands groupes pharmaceutiques, a fait des vaccins un élément clé de sa stratégie, tablant notamment sur une demande mondiale en plein essor.

La demande de vaccins a quasiment doublé depuis 2005 et le marché mondial devrait atteindre 30 milliards de dollars d'ici 2015, selon GSK.

Beaucoup d'économies émergentes atteignent un niveau de pouvoir économique qui leur permet l'accès à la santé, a expliqué Christophe Weber, président désigné de GSK Biologicals, le pôle vaccins du groupe, lors de l'inauguration.

Dans les dix prochaines années, environ 2 milliards de personnes vont vouloir avoir accès aux vaccins, essentiellement dans les pays asiatiques et en Amérique latine, estime-t-il.

Un défi à relever pour GSK Biologicals, qui produit quelque 1,4 milliard de doses de vaccins par an et revendique la place de premier fournisseur mondial avec 29% de part de marché. Le chiffre d'affaires de la division vaccins a atteint 5 milliards d'euros l'an dernier.

L'usine de Saint-Amand-les-Eaux est le plus grand site de fabrication et de conditionnement de GSK Biologicals avec une large gamme de vaccins allant de la petite enfance à la grippe et prochainement le paludisme. Les trois quarts de la production seront exportés vers 125 pays.

ambition mondiale

Cyril Duriez, spécialiste vaccins au cabinet Alcimed, souligne que l'attrait pour le domaine des vaccins de la part des acteurs industriels est aussi pour eux un moyen de pallier la chute des brevets dans la pharmacie traditionnelle.

Les initiatives se sont multipliées. Le groupe suisse Novartis a acquis en mars le chinois Zhejiang Tianyuan Bio-Pharmaceuticals et a annoncé en octobre la construction d'une usine de vaccins au Brésil

Le français Sanofi a en construction une usine de vaccins contre la dengue à Villeneuve-sur Saône (Rhône) avec mise en service attendue en 2014, pour un investissement de 350 millions d'euros.

Les pays émergents ne sont pas en reste. Dans les dix dernières années, 50 entreprises en Inde et en Chine se sont créées dans le monde du vaccin et vont être des concurrents dans l'avenir, a relevé Christophe Weber.

Aujourd'hui, ils sont peu présents, mais ils se développent et leur ambition est aussi mondiale, ajoute-t-il.

On s'attend à ce qu'au milieu de l'année prochaine, les premiers vaccins chinois arrivent sur les marchés étrangers, prévoit l'analyste d'Alcimed.

L'installation en France du nouveau centre mondial de vaccins de GSK dans le Nord avec le soutien des collectivités locales ainsi que nationales marque aussi la place de la pharmacie dans l'Hexagone, où elle est un des principaux secteurs exportateurs.

Le président du Leem (Les entreprises du médicament) Christian Lajoux a ainsi salué un investissement extrêmement significatif, dans un domaine de haute technologie, qui traduit l'expertise de la France, pays de Pasteur, dans le domaine des vaccins.

Sous réserve de s'inscrire dans une logique de compétitivité sur la scène mondiale, il est possible aujourd'hui de garder des racines industrielles françaises solides. Ceci passe par des efforts conséquents de gains de compétitivité, a souligné Hervé Gisserot.

mardi 6 décembre 2011

Après la grippe aviaire, la grippe porcine, voici venu la grippe Fouchier.

Le super virus mutant qui fait peur Des chercheurs ont mis au point un nouveau virus de la grippe, très dangereux. Une expérimentation qui inquiète., Alexandra Echkenazi, Le Parisien, 06.12.2011.
Les jeunes diraient que c’est le « virus de la mort qui tue ». Et c’est exactement de ça qu’il s’agit. Des chercheurs néerlandais viennent de créer un virus potentiellement très contagieux et mortel pour l’homme, au point que l’agence de biosécurité américaine (NSABB) recommande de bloquer la publication de leur étude, initialement prévue dans le magazine « Science ». « Je ne connais aucun organisme qui fasse aussi peur que celui-là. Comparé à lui, l’anthrax ne fait pas du tout peur », a déclaré Paul Keim, le président de l’agence de biosécurité américaine. L’expérimentation a été menée par le très sérieux Centre Medical Erasmus de Rotterdam, aux Pays-Bas, spécialiste de la grippe aviaire. En cherchant à mieux comprendre ce virus et trouver de nouveaux moyens pour le contrer, le professeur Ron Fouchier et son équipe ont fait muter un virus grippal H5N1 et créé, dans le même temps, les conditions idéales de propagation d’homme à homme. Pour l’instant, le H5N1 en circulation n’est pas transmissible entre humains mais uniquement de l’animal à l’homme. Depuis 2003, il a fait dans le monde 331 décès et la planète redoute qu’il ne mute et n’extermine une bonne partie des habitants du globe. Une crainte parfaitement illustrée dans « Contagion », le dernier film du réalisateur américain Steven Soderbergh, sorti récemment. Or ce que les chercheurs de Rotterdam ont fabriqué, c’est une forme de H5N1 aussi transmissible que la grippe saisonnière, mais bien plus mortelle. « Pour en arriver là, les scientifiques néerlandais ont mené une expérience sur des furets, modèle animal le plus proche de l’homme de par son comportement biologique », décrypte Vincent Enouf, directeur adjoint du Centre national de référence de la grippe aviaire à l’Institut Pasteur. Les chercheurs ont d’abord procédé à 3 mutations génétiques sur le virus aviaire pour qu’il puisse infecter les furets. Ils s’en sont servis pour contaminer les animaux. Ils ont constaté que le H5N1 avait muté deux nouvelles fois et qu’il se transmettait dorénavant de furet à furet. Or ce super virus, jamais vu dans la nature, pourrait bien être semblable en tout point au virus mutant humain tant redouté depuis 2003 par le monde entier. Il n’est pas rare que les virologues, afin de découvrir de nouveaux médicaments ou un vaccin, travaillent en laboratoire sur des virus et les transforment afin de mimer ce qui se passe dans la nature. Mais jamais auaparavant un virus aussi dangereux n’a été créé de toutes pièces. Vincent Enouf indique que « c’est parce que la sécurité américaine a décidé de bloquer leur publication que l’on en parle ». Comment ne pas craindre que ce super H5N1, pour l’instant enfermé dans le labo de Rotterdam, ne se retrouve dans la nature? Par ailleurs, si les secrets de sa fabrication tombaient entre des mains malveillantes, ce nouveaux virus pourrait être utilisé comme arme biologique à des fins terroristes.

mardi 5 avril 2011

Les labos vous parlent, tous les soirs à 20h


Une journaliste dénonce une censure des labos dans la presse médicale

Le Monde, 5 avril 2011

L'affaire du Mediator a montré les liens parfois trop proches que peuvent entretenir un grand laboratoire pharmaceutique comme Servier et les autorités de santé. Mais l'influence des labos peut s'exercer aussi dans un autre domaine : celui de la presse médicale.

Voici quelques jours, Virginie Bagouet a quitté Impact médecine après des mois de conflit avec sa hiérarchie. Elle travaillait depuis février 2008 dans ce magazine spécialisé à destination des généralistes. Mardi 5 avril, elle est auditionnée à sa demande par la mission commune d'information du Sénat sur le Mediator.

Mails et pièces à l'appui, la journaliste dénonce en effet des censures, explicites ou implicites, de son travail, notamment par rapport à Servier. Le journal, lui, estime avoir "respecté l'éthique".

ARTICLES EN RELECTURE CHEZ SERVIER ?

Craignant les foudres du laboratoire, l'un des principaux annonceurs de l'hebdomadaire, la rédaction en chef aurait ainsi, selon l'ex-salariée, refusé de parler du livre du docteur Irène Frachon, Mediator 150 mg, combien de morts ? (Dialogues.fr, 2010).

Même après l'étude de la Caisse nationale d'assurance-maladie sur ce médicament, qui confirmait, en octobre 2010, les craintes du Dr Frachon, Impact médecine n'a pas fait état de ces critiques. "Notre rédactrice en chef a accepté qu'une des journalistes fasse un article. Mais son papier, très factuel, n'a finalement pas été publié. Raison invoquée par la rédaction en chef : 'C'est trop sensible''', raconte encore Virgine Bagouet.

Interrogée par Le Monde.fr, la directrice de la rédaction d'Impact Médecine, Anne Prigent, relativise : "C'est vrai, nous n'en avons pas parlé, mais comme l'ensemble de la presse. Nous n'avons pas de rubrique 'Livres' et nous ne voyions pas la nécessité, à sa sortie en juin 2010, de revenir sur cette affaire, puisque le Mediator a été interdit en 2009". Elle dément toute "censure", "à moins que vous appeliez censure la réécriture d'articles mal construits", et dénonce un "mauvais procès".

"NOUS NE SOUHAITONS PAS VOIR FIGURER LE GRAPHIQUE"

Autre exemple cité par la journaliste, qui concerne toujours le laboratoire Servier : "J'ai été envoyée, fin août 2010, suivre un congrès de cardiologie à Stockholm, où était présentée une étude importante de Servier sur un de ses médicaments, le Procoralan. L'article que j'ai écrit a été envoyé en relecture à Servier pour 'validation scientifique'", se souvient la journaliste.

"J'étais en copie des mails, j'ai vu la relecture par le laboratoire. Des modifications ont été apportées, dont une erreur." Et lorsque la journaliste demande à sa rédactrice en chef des explications, Virginie Bagouet indique qu'elle s'est vu répondre : "Servier est content".

Anne Prigent réfute en bloc : "Nous ne faisons pas valider nos articles par Servier, ni par aucun autre laboratoire. Il peut arriver qu'il y ait relecture, au niveau scientifique, par des experts, pour des précisions techniques. Les conférences sont souvent en anglais et on décrit rapidement des choses complexes, qui peuvent nécessiter des éclaircissements." Contacté, le laboratoire Servier n'a pas souhaité répondre aux questions du Monde.fr

Pourtant, des échanges de mails que Le Monde.fr a pu consulter posent question. On y constate qu'une directrice de clientèle d'Impact Médecine est en relation régulière avec un cadre de Servier à propos d'articles à paraître. "Pour la relecture, êtes-vous là vendredi ?", lui demande-t-elle. Ce dernier répond : "N'hésitez pas à m'envoyer les articles à relire." Quelques mails plus tard, il écrit à la directrice de clientèle : "Je vous confirme que nous ne souhaitons pas voir figurer le graphique."

"LES RÉDACTIONS SE METTENT AU SERVICE DES LABOS"

Pour expliquer les censures qu'elle dénonce, Virginie Bagouet avance une raison avant tout économique. "Je n'ai pas le chiffre précis mais la publicité des laboratoires représente l'essentiel des revenus de la revue", précise la journaliste qui poursuit : "A chaque fois qu'on a voulu parler du Mediator, on nous a répondu que, la dernière fois que le journal avait critiqué Servier, celui-ci n'avait plus commandé de publicité durant six mois, mettant en péril les finances."

Le député PS Gérard Bapt, président de la mission d'information parlementaire sur le Mediator, a reçu Virginie Bagouet. Il se dit "scandalisé". Et tout particulièrement par un épisode cité par la journaliste : à l'occasion d'un dossier sur la rhumatologie, la moitié de son article a été, selon elle, réécrit et un encadré vantant les mérites d'un médicament de Servier inséré à son insu.

L'article était signé d'un prête-nom : une certaine Claire Bonnot. Une signature utilisée, d'après la journaliste, pour tous les articles vantant les produits du laboratoire. "C'est faux, répond la directrice de la rédaction, Anne Prigent. Claire Bonnot est un pseudonyme utilisé depuis des années pour les articles écrits ou modifiés par la direction de la rédaction, en aucun cas uniquement pour Servier."

"En commission, les responsables d'Impact Médecine nous ont assuré que cette personne existait, qu'il s'agissait d'un article écrit de manière indépendante. En fait c'était faux, tout avait été relu et corrigé chez Servier", fustige Gérard Bapt, furieux de ce "chantage à la pub". "Les rédactions se mettent au service des labos parce qu'il faut vivre", constate l'élu, qui estime que la pratique touche la plupart des journaux spécialisés à destination des médecins.

"LES MÊMES PRESSIONS DANS TOUTE LA PRESSE"

Si Virigine Bagouet a quitté la revue, elle ne se fait pas d'illusion : "Je pense que j'aurai du mal à retrouver un travail dans la presse médicale, sourit-elle. Je n'ai pas eu à pâtir de ce genre de pratique avec d'autres laboratoires, mais je sais que cela existe." Et d'ajouter : "Servier a un mode de communication un peu archaïque, les autres sont plus subtils dans leurs techniques de communication."

Et le problème de fond demeure : "La crise rend cette presse encore plus dépendante des annonceurs." Même un scandale comme celui du Mediator ne suffit pas à ébranler ce rapport de force. "Ce qui m'a décidé à témoigner, c'est de voir la presse médicale nier en bloc et jouer la vertu. C'est grave", estime la jeune femme.

Pour Anne Prigent, "les pressions dans la presse médicale sont les mêmes que dans toute la presse. Nous y répondons de la même manière. Les labos sont nos annonceurs principaux, c'est clair. Mais on fait notre travail avec éthique."

Gérard Bapt, lui, se montre pessimiste : "Il est difficile d'encadrer les pratiques de la presse médicale. On évoque la possibilité d'imposer des espaces de publication pour les agences officielles mais cela n'aura pas un impact énorme. Ce sont les instances de régulation de la publicité qui devraient agir." L'élu souhaite toutefois que ces expériences incitent les médecins à prendre du recul lors de la lecture de ces revues,"qui ne sont bien souvent que du matraquage pour certains produits".
Samuel Laurent

mardi 22 février 2011

La gestion de la grippe A entre police et armée (Cour des comptes)


http://www.ccomptes.fr/fr/CC/documents/RPA/5_lutte_contre_la_grippe_A_H1N1.pdf

A - Des outils institutionnels de gestion de crise
satisfaisants

La campagne de lutte contre la grippe A (H1N1) a été la première
crise à être organisée selon les principes issus du Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale de 2008
conférant au ministre de
l’intérieur un rôle nouveau de coordination interministérielle de crise.


1 - La cellule interministérielle de crise, organe clé du pilotage


Dans ce cadre, la nouvelle cellule interministérielle de crise (CIC)
a été activée dès le 30 avril 2009 (139). Lieu d’organisation du travail
interministériel et de pilotage stratégique de la crise, elle s’est réunie 43
fois en neuf mois. La direction de la planification de sécurité nationale (DPSN) du ministère de l’intérieur en a assuré le secrétariat et organisé les travaux, de l’ordre du jour à la mise en cohérence des différents textes ministériels. L’articulation de ses missions avec celles de planification confiées au SGDSN, placé auprès du Premier ministre, et les missions de gestion de crise de la direction de la sécurité civile (DSC) au ministère de l’intérieur n’a pas été suffisamment claire.
La CIC a vocation à être déclinée en une formation décisionnaire
(CIC – Décision), une formation d’analyse préalable de la situation,
d’anticipation et de transmission des instructions à l’échelon territorial
(CIC-Situation) et une formation de communication (CICCommunication).
Cette répartition des rôles s’est, dans les faits, opérée
dans une confusion certaine, chaque formation étant animée par une
direction différente (DPSN pour la décision, DSC pour la situation,
délégation à l’information et à la communication du ministère de
l’intérieur pour la formation communication). En particulier, la CICSituation
a eu du mal à se réunir avec régularité dans la durée et à définir
son périmètre d’intervention avant la campagne de vaccination. La crise
ayant un caractère sanitaire, son organisation a été partagée entre les
centres de crise respectifs du ministère de l’intérieur (centre opérationnel
de gestion interministérielle de crise COGIC animé par la DSC) et de la
santé (centre de crise sanitaire CCS du ministère chargé de la santé).
Cette solution a montré des limites évidentes : éloignement géographique
(Asnières pour le COGIC, Paris 7ème pour le CCS) et, surtout, le maintien
de deux systèmes concurrents de remontées des informations relatives à
la vaccination.
La déclinaison territoriale des décisions prises aux niveaux des
zones de défense et des départements
s’est révélée insatisfaisante à
plusieurs titres. Les quarante-trois circulaires, plusieurs parfois du même
jour, dont plus de la moitié relatives à la campagne de vaccination, les
sept arrêtés et le décret issus des travaux de la CIC ont représenté une
accumulation normative excessive pour les services territoriaux de l’Etat.
Les états-majors de zone ont certes assuré le relais des instructions
nationales, ont garanti la ponctualité et la cohérence des remontées
quotidiennes des données de vaccination par les préfectures. Mais ils ont
surtout servi à transmettre les interrogations pratiques des acteurs locaux
au niveau central de gestion de la crise, et, le cas échéant, les réponses
obtenues.
Au niveau départemental, les préfets avaient reçu instruction de
créer des structures ad hoc, les équipes opérationnelles départementales
(EOD), inspirées des cellules habituellement mises en place pour la
gestion de crise dans les départements, les centres opérationnels
départementaux (COD). Les EOD, qui rassemblaient autour des services
préfectoraux relevant du ministère de l’intérieur (notamment les services
interministériels de défense et de protection civiles – SIDPC) et des
services déconcentrés du ministère de la santé (DDASS) d’autres
participants (caisses primaires d’assurance maladie, inspections
d’académie ou collectivités locales), avaient un rôle strictement
opérationnel, tandis que le pilotage stratégique départemental était confié
à un comité de pilotage à la composition plus large. Dans les faits, ce sont
cependant des solutions plus pragmatiques qui ont prévalu : EOD et
comité de pilotage se sont souvent confondus, et dans quelques
départements, les COD ont été activés dans une formation un peu
amendée pour assurer un pilotage plus cohérent de la vaccination140.

139 Pour ses composantes « décision » et « situation ». La CIC-Communication sera
activée le 2 mai.

lundi 24 janvier 2011

L'OMS face à un nouveau conflit d’intérêts


Paul Herrling, c'est le deuxième sur la photo en partant de la gauche, lors de l'introduction de Novartis à la bourse de New York. Un homme visiblement engagé dans la santé des pays du Tiers Monde.

L'OMS face à un nouveau conflit d’intérêts

Agathe Duparc, Le Monde, 23 et 24 janvier 2011.

La nomination du directeur de la recherche de Novartis dans un de ses comités d’experts fait scandale

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) est-elle capable d’éviter les conflits d’intérêts et de prendre ses distances avec les lobbies pharmaceutiques ? Les travaux du conseil exécutif qui se sont tenus du lundi 17 au vendredi 21 janvier à Genève avaient valeur de test pour ceux qui critiquent le fonctionnement de l’agence onusienne.

Or, dès lundi 17 janvier, une nouvelle polémique éclatait après l’annonce de la nomination du Suisse Paul Herrling, directeur de la recherche chez Novartis, au sein d’un groupe consultatif de vingt et un experts (CEWG) chargé d’élaborer des propositions pour stimuler la recherche et le développement pour les maladies négligées, ces pathologies des pays pauvres - comme la leishmaniose et la maladie du sommeil - qui intéressent peu les laboratoires pharmaceutiques, faute de débouchés commerciaux.

La composition de ce CEWG était très attendue. En 2010, les travaux d’un premier groupe d’experts sur cette question avaient fait scandale. Des documents publiés sur WikiLeaks avaient permis de prouver que la Fédération internationale des fabricants de médicaments (IFPMA) avait obtenu en primeur le projet de rapport des experts, alors confidentiel, et avait pu faire passer son point de vue. Au grand dam des pays du Sud - Amérique latine en tête -, dont aucune des propositions suggérant de remettre en cause le système de propriété intellectuelle tel qu’il est défendu par les grands laboratoires n’avait été retenue dans le rapport final des experts. Les propositions innovantes pour éviter que les coûts de la recherche ne se répercutent sur le prix des médicaments avaient été passées à la trappe. Alors que la position des industriels de la pharmacie, qui estiment que, pour financer la recherche très coûteuse de nouvelles molécules, il convient de maintenir un système de brevet empêchant durant vingt ans leur copie, était confortée.

Prise au coeur de cette vive controverse, la 63e Assemblée mondiale de la santé optait, en mai 2010, pour la création d’un nouveau groupe d’experts, désigné par les Etats membres de l’OMS.

Lundi, dès l’ouverture des débats, la présence de Paul Herrling, grande figure de Novartis, était dénoncée par le Brésil et la Thaïlande. Sur un ton très émotionnel, Margaret Chan, directrice de l’OMS, a repoussé les critiques sur un éventuel conflit d’intérêts, expliquant que l’agence onusienne faisait ” souvent appel à des gens de l’industrie ” pour obtenir un avis consultatif, et que le professeur suisse était un expert reconnu et brillant.

Mais Mme Chan oubliait de mentionner que le professeur Herrling était l’auteur d’une des trois propositions retenues par le groupe d’experts précédent, estampillée comme étant le projet de l’IFPMA. Il s’agit de la création d’un Fonds mondial pour la recherche et le développement sur les maladies négligées (Frind), doté de 6 à 10 milliards de dollars sur dix ans, et alimenté par des financements étatiques et philanthropiques (comme la Bill & Melinda Gates Foundation). Ce Fonds pourrait financer les partenariats pour le développement de produits (PDP), et les entreprises pharmaceutiques.

” Il n’est pas possible d’avoir un conflit d’intérêts plus criant “, estime James Love, de Knowledge Ecology International (KEI), une ONG américaine. ” Nous avons du respect pour le professeur Herrling, qui a beaucoup travaillé sur les maladies négligées. Mais il ne peut pas être à la fois l’auteur d’une proposition, celui qui doit l’évaluer et celui qui pourrait en bénéficier à travers Novartis “, explique-t-il. Jeudi 20 janvier, KEI et huit autres ONG ont adressé un courrier au président du conseil exécutif de l’OMS, pour s’opposer à cette nomination qui pourrait ” saper la réputation et le travail du nouveau groupe consultatif d’experts “, écrivent-ils. En vain.

Vendredi matin, le comité exécutif a finalement décidé d’entériner la liste des vingt et un experts. Non sans que certaines pressions aient été exercées sur les pays récalcitrants. Selon James Love, les Etats-Unis et l’Europe ont menacé, si Paul Herrling était écarté, d’obtenir le retrait de l’expert argentin, Carlos Correa, l’un des principaux alliés des pays du Sud.

Patrick Durisch, de l’ONG helvétique Déclaration de Berne, se dit ” choqué de voir que l’OMS n’a pas retenu la leçon après toutes les critiques adressées l’année dernière, en particulier sur sa gestion de la pandémie de grippe “. Il dit espérer que le nouveau groupe d’experts, qui rendra ses travaux dans un an, puisse réintroduire des propositions alternatives. Comme un système de ” prix à l’innovation ” qui récompenserait des produits réellement innovants, ou les ” patent pools ” (” communautés de brevets “), qui permettent une gestion collective des droits de propriété intellectuelle, afin de faire baisser le prix des médicaments.


La complaisance à l’égard d’un laboratoire peut miner une institution


Paul Benkimoun, 23 et 24 janvier 2011, Le Monde, Analyse

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a décidément du mal à échapper aux critiques stigmatisant son incapacité à lutter contre les conflits d’intérêts. Soupçonnée de faire le jeu de l’industrie pharmaceutique lorsqu’elle avait par le passé abaissé les normes définissant l’hypertension artérielle - avec pour conséquence l’augmentation du nombre de patients susceptibles d’être traités par des médicaments antihypertenseurs -, elle a vu ces reproches refleurir à propos de sa gestion de la pandémie grippale de 2009-2010.

En mai 2010, lors de la 63e Assemblée mondiale de la santé, les pays d’Amérique latine et l’Inde ont sévèrement critiqué le rapport d’un groupe d’experts chargé par l’OMS de proposer des financements innovants pour stimuler la recherche et le développement sur les maladies négligées des pays les plus pauvres, qu’ils jugeaient trop ouverts aux thèses des industriels du médicament.

Et voilà que le nouveau groupe de travail consultatif d’experts que l’OMS est en train de mettre sur pied pour relancer ce dossier est à son tour dans le collimateur.

Indépendance des choix

Institution des Nations unies, l’OMS n’est que ce que les Etats membres veulent bien en faire. Les sujets sensibles sont autant d’occasions de mesurer les rapports de forces entre pays riches et pays pauvres ou émergents. Au cours des années 2000, la pression s’est faite plus forte pour que l’OMS joue pleinement son rôle de défenseur de la santé publique, en faisant primer cette dernière sur le sacro-saint respect de la propriété intellectuelle. L’OMS a fait sienne la doctrine des partenariats public-privé. C’est dans ce cadre que se mènent toutes les grandes campagnes, notamment contre les maladies infectieuses ou plus généralement les vaccinations. Une démarche qui fait converger les moyens disponibles, mais qui soulève aussi la question décisive de l’indépendance des choix.

En acceptant, comme semblent le vouloir avec insistance les Etats membres européens, la présence dans un comité d’experts de personnalités, aussi compétentes soient-elles, ayant des liens ou des responsabilités dans une multinationale pharmaceutique, l’OMS prendrait le risque de semer le doute, voire de couvrir de son autorité des orientations biaisées.

Le scandale du Mediator en France démontre à l’envi comment la complaisance à l’égard d’un laboratoire pharmaceutique peut miner une institution. L’OMS ferait bien d’en tirer les leçons.

Paul Benkimoun

mercredi 19 janvier 2011

"Jacques, vous êtes un patriote"


ALLOCUTION DE M. LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

à l’occasion de la remise des insignes de Grand'Croix
de la Légion d’Honneur au Docteur Jacques SERVIER
Président fondateur des Laboratoires Servier

Palais de l’Élysée – Mardi 7 juillet 2009



Monsieur le Docteur, Monsieur le président, Cher Jacques SERVIER,

Votre histoire, c’est une grande histoire française riche de leçons. Vous avez traversé le siècle - on ne le dirait pas - et vous êtes pleinement engagé dans les nouveaux défis de notre temps.

Je me souviens de notre première rencontre en 1983. C’était déraisonnable, c’est là que je vois que vous êtes enthousiaste, vous pensiez déjà à l’époque que je serai Président de la République. Incorrigible Jacques SERVIER !

Vous êtes un personnage hors du commun. Votre ascèse et votre sobriété forcent le respect de tous.

Mais je ne veux pas faire votre portrait, comme on croque quelqu’un à distance. Je vous connais trop bien pour cela. Je préfère tenter d’exprimer votre identité profonde.

Vous êtes avant tout un médecin, un homme de santé et de recherche. Vous êtes à la fois docteur en médecine et docteur en pharmacie. C’était un fait rare en 1950, cela le reste aujourd’hui.

Vous avez été formé à l’école de la médecine française, celle de Pasteur, celle des nombreux prix Nobel dont notre pays peut s’enorgueillir. Je le dis devant Roselyne BACHELOT, l’école de médecine française – ce à quoi elle croit - est une école d’excellence. J’entends parfois certains opposer les soins et la recherche. C’est oublier d’où vient la médecine de notre pays. C’est négliger les fondements de l’enseignement des Jean BERNARD et autres Jean HAMBURGER. C’est ignorer que l’amélioration de la santé humaine résulte des innovations de la recherche et des progrès qu’elles ont permis.

Le groupe auquel vous avez donné votre nom, est un laboratoire de recherches et vous êtes passionnément attaché à cette spécificité.

Dr ServierVous avez fait de votre groupe une fondation. Raymond et moi, on y a joué un rôle. Grâce à ce statut, tous les résultats du groupe sont réinvestis dans la recherche. Aucun dividende n’est distribué. Tous les médicaments SERVIER sont issus de la recherche du groupe et vous parvenez, avec les 20 000 collaborateurs du groupe, à inscrire ce site dans la durée, à le faire fonctionner année après année.

Vous êtes médecin Jacques et, à ce titre, vous avez une conception profondément humaine de votre métier. Vous vous êtes battu toute votre vie pour soulager et pour guérir, pour proposer aux médecins et à leurs patients des médicaments efficaces.

Au sein du groupe, vous avez prêté une attention particulière aux collaborateurs et à leur talent. Vous vous êtes très tôt préoccupé de la place des femmes à tous les échelons du management. Vous avez fait du groupe SERVIER une fondation et vous avez voulu protéger les femmes et les hommes de votre entreprise plutôt qu’attirer les capitaux. Vous nous rappelez que les capitaux n’ont d’autre destination que de servir les projets que chacun d’entre nous porte en lui. L’homme n’a pas à être soumis aux caprices du capitalisme et encore moins aux caprices de la spéculation.

Jacques, vous êtes un entrepreneur comme la France en compte peu. Les Laboratoires SERVIER, entre 48 et aujourd’hui, ont connu un développement remarquable. De la pharmacie familiale à Orléans, neuf employés. En 54, l’entreprise s’installe à Neuilly. Aujourd’hui les Laboratoires SERVIER sont présents dans 150 pays, avec des positions très fortes en Russie, en Chine, en Europe de l’Est. 4 milliards d’euros de chiffre d’affaires et l’effort de recherche et de développement représente 25% du chiffre d’affaires.

Vous n’avez eu de cesse de prendre des risques. Je sais bien que passer d’Orléans à Neuilly, c’était déjà, pour reprendre vos mots, se développer à l’international.

En tant qu’entrepreneur, vous avez été souvent sévère à l’endroit de l’administration française. Vous critiquez l’empilement des mesures, des normes, des structures et vous avez raison.

Enfin Jacques, vous être un patriote. Grâce à vous, notre pays peut saluer une industrie de classe mondiale. C’est un privilège réservé à moins d’une dizaine de pays dans le monde.

Et puis, vous êtes un homme fidèle. Vous êtes quelqu’un qui ne retire pas son amitié. Vous êtes un homme courageux et vous être un visionnaire.

La nation vous est reconnaissante de ce que vous faites. Vous êtes une publicité vivante pour les médicaments SERVIER parce que, franchement, l’âge n’a absolument aucune prise sur vous. Je dirais même que par une certaine coquetterie, vous rajeunissez Jacques. C’est extrêmement énervant !

J’espère que chacun aura compris que c’est un grand Français que je vais décorer au nom de la République française.

dimanche 9 janvier 2011

68 000 militaires sont déployés en Corée du Sud pour lutter contre la grippe aviaire et participer à des campagnes de vaccination




Photo: Des soldats coréens portent un masque de protection contre la grippe H1N1, lors d’un entraînement militaire dans une base de Séoul, mercredi 4 novembre 2009. Ce pays s’est déclaré en état d’alerte au plus haut niveau afin d’éviter la diffusion du virus.(Yonhap, Kim Ju/AP)

Corée sud: la grippe aviaire se propage, AFP, 9 janvier 2011

La Corée du Sud a annoncé trois nouveaux foyers de grippe aviaire dimanche dans des élevages de canards portant le nombre de cas à sept depuis le 31 décembre, alors que la péninsule doit aussi faire face à une épidémie de fièvre aphteuse sans précédent qui donne peu de signes de répit.

Trois nouveaux cas ont été confirmés dans le comté de Yeongam (sud-ouest) et au moins 396.000 poulets, canards et autres volailles devaient être abattues, selon le site du ministère sud-coréen de l'Agriculture.

C'est la première fois depuis avril 2008 que le pays est à nouveau frappé par la présence de ce virus hautement pathogène. Les autorités ont instauré un cordon sanitaire autour des foyers contaminés, imposant une désinfection de la population et des véhicules, en particulier ceux pratiquant le transport d'animaux d'élevage.

Dimanche, Séoul a aussi confirmé deux nouveaux cas de fièvre aphteuse dans un élevage porcin du comté de Bongwha (sud-est) et une ferme bovine du comté de Cheongwon (centre-ouest), portant à 108 le nombre de cas depuis le 29 novembre 2010. Un nombre record de têtes de bétail -- près d'un million de porcs et bovins -- a dû être abattu dans une quarantaine de villes et de comtés, soit environ 7% du total et une perte financière de plus de 890 million de dollars.

Plus de 68.000 militaires ont été déployés pour aider à enrayer l'épidémie, le président Lee Myung-Bak appelant à "des mesures radicales" notamment pour garantir davantage la vaccination. Environ 1,5 million de porcs et bovins ont été vaccinés dans une tentative désespérée de contenir l'épidémie. L'embargo sur les exportations risque de se prolonger davantage.

Il faut du temps pour qu'un pays utilisant la vaccination recouvre son statut de pays non contaminé auprès de l'Organisation mondiale pour la santé animale (OIE). Le ministère sud-coréen de l'Agriculture a indiqué qu'environ 1,2 million de cochons et bovins supplémentaires allaient être vaccinés dans les prochaines semaines et jusqu'à 6,5 millions d'animaux d'ici à la fin du mois.

La fièvre aphteuse affecte les animaux comme les bovins, les porcs, les cerfs, les chèvres et les moutons. De précédents épisodes épidémiques en janvier et avril 2010

mardi 21 décembre 2010

La Terreur médiatique a provoqué l'effondrement de la confiance des Français dans l'Etat. "59% pensent qu'on leur cache beaucoup de choses"...


La Grippe A en tête des crises sanitaires qui ont le plus marqué les Français

RelaxNews le jeudi 16 décembre 2010

42% des Français citent spontanément l'épidémie de la Grippe A comme la crise sanitaire la plus marquante, au cours des dernières années. Selon la quatrième vague de l'Observatoire des risques sanitaires menée par Opinion Way pour Vae Solis Corporate, et publiée ce jeudi 16 décembre, cette crise arrive largement devant le sida (16%) et la vache folle (14%). Dans le cas d'une réponse assistée, la catastrophe nucléaire de Tchernobyl et les différentes marées noires arrivent en tête, à 57%.

L'épisode de la grippe A semble encore bien frais dans l'esprit des Français puisqu'il arrive en tête des crises sanitaires les plus marquantes de ces dernières années. Mais ce n'est certainement pas sur ce seul aspect que les Français s'en souviennent.

La communication "excessive" autour de la grippe A à l'hiver dernier a rendu les Français méfiants à l'égard des crises sanitaires. Et le gouvernement semble y être pour quelque chose puisque seuls 7% des sondés estiment le Ministère de la santé le plus crédible en matière de risques sanitaires, et 2% celui de l'Environnement.

Plus logiquement, les Français jugent les institutions de santé plus crédibles comme l'Organisation mondiale de la santé (38%), l'Institut Pasteur (28%) ou encore le CNRS (27%).

Idem en ce qui concerne l'indice de confiance. Encore une fois, celui du gouvernement est en berne, avec seulement 6% d'avis favorables. Scientifiques et chercheurs sont ceux en qui les Français ont le plus confiance, à 66%. Est à noter le travail des associations dont plus de la moitié des personnes interrogées révèlent avoir confiance en elles.

Mais leur défiance face aux crises sanitaires n'est pas prête de se calmer. 79% des personnes interrogées estiment que leur nombre aura plutôt tendance à augmenter à l'avenir. D'autant plus que 59% pensent qu'on leur cache beaucoup de choses lors de ces crises.

Cette étude en ligne a été réalisée auprès de 1.000 personnes âgées de 15 ans et plus, du 8 au 15 septembre 2010.