dimanche 7 juin 2009

Le virus est une combinaison génétique inédite. L'origine de cette combinaison est inconnue.


La carte d'identité du virus H1N1 est enfin dévoilée,
ALAIN PEREZ, Les Echos,27/05/09,
http://www.lesechos.fr/info/metiers/4868214-la-carte-d-identite-du-virus-h1n1-est-enfin-devoilee.htm


Les analyses génétiques du virus H1N1 responsable de la grippe mexicaine ont révélé l'existence d'un génome totalement original.

C'est une combinaison génétique que nous ne connaissions pas. » La carte d'identité génétique et les principales caractéristiques du virus H1N1 responsable de l'épidémie de grippe née au Mexique vers la fin mars sont enfin connues. Après l'analyse de plus de 70 génomes de virus issus de prélèvements sur des malades mexicains et américains, les chercheurs des Centers for Diseases Control (CDC) d'Atlanta ont déterminé le parcours de ce virus, qui a affolé la planète pendant trois semaines. Bonne nouvelle, la signature génétique ne contient pas les séquences indiquant habituellement une forte pathogénicité et une contagiosité élevée présentes dans d'autres versions de la famille H1N1.

Ces éléments expliquent sans doute la faible propagation de l'épidémie constatée à ce jour. Les essais réalisés ont également confirmé le pouvoir antigénique du H1N1 mexicain. Des furets infectés en laboratoire ont développé une réponse immunitaire, mais les anticorps produits par les rongeurs sont totalement différents de ceux connus à ce jour. Cette information confirme que le vaccin contre la grippe saisonnière de l'hiver dernier n'est probablement pas efficace contre la version circulante (*). Les souches analysées contiennent du matériel génétique d'origine humaine, porcine et aviaire venant de zones géographiques très différentes (Amérique du Nord, Europe et Asie). Cette hypothèse de croisements multiples qui avait été émise dès le début de l'épidémie est donc confirmée. Le porc est sans aucun doute le réservoir initial de cette nouvelle version, mais les chercheurs n'ont pas découvert l'origine du réassortiment génétique qui a donné naissance à l'épidémie actuelle.

Très probablement, le H1N1 mexicain tournait depuis plusieurs années sur la planète sur des animaux d'élevage, sa présence étant restée invisible aux systèmes de surveillance sanitaire. Les raisons pour lesquelles le mutant est devenu d'un seul coup transmissible à l'homme ne sont pas non plus clairement identifiées.
Variante assez stable

La contagion interhumaine, cause des nombreuses contaminations secondaires, n'est pas non plus expliquée. Les chercheurs n'excluent pas la possibilité d'un hôte supplémentaire (inconnu) dans la chaîne de fabrication du virus. En général, les virus de la grippe circulent des oiseaux aquatiques aux porcs d'élevage puis se transmettent aux humains. Chacun de ces passages est la source de mutations potentielles. En revanche, la variante mexicaine semble assez stable, ce qui devrait faciliter la mise au point d'un vaccin efficace.

Plus d'une soixantaine d'équipes de chercheurs ont été mobilisées dans le monde pour établir cette carte d'identité, dont le principal intérêt consiste à assurer le suivi du virus dans le temps. Les spécialistes mesurent les distances génétiques existants entre les différentes souches connues pour établir une sorte d'arbre généalogique de chaque souche. « Quand on est confronté à une nouvelle variante, il est très important de connaître ses origines pour éviter de nouvelles émergences », a précisé Nancy Cox, qui dirige la division grippe des CDC. Les chercheurs ont réclamé (une fois de plus) une surveillance épidémiologique renforcée des élevages de porcs, cet animal restant le creuset principal des virus de la grippe. Ils demandent également une meilleure coordination entre spécialistes de la santé humaine et animale pour prévenir les risques de pandémie.


(*) Le vaccin contre la grippe saisonnière contient trois souches de virus inactivées.Sa composition est décidéetous les ans par l'OMS en février pour une mise sur le marchéen novembre de la même année. Il contient une souche H3N2, une H1N1 et une souche B.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire