samedi 10 octobre 2009

Le capital financier opère une vaste restructuration de l'industrie pharmaceutique


L’industrie pharmaceutique passée au crible, Alexandra Chaignon, L'humanité, 24 septembre 2009

http://www.humanite.fr/2009-09-24_Politique-_-Social-Economie_L-industrie-pharmaceutique-passee-au-crible

Restructurations . Le patronat du secteur a présenté mardi un « livre blanc des industries de santé ». La CGT lui oppose un « livre noir de la financiarisation de l’industrie pharmaceutique ».

Hier, à l’occasion d’une assemblée générale de la Fédération française des industries de santé qui se déroulait au siège du MEDEF, Christian Lajoux, président du Leem (regroupement des entreprises du médicament), a présenté le livre blanc des industries de santé. Une occasion que n’a pas manqué de saisir la CGT, qui était venue distribuer son livre noir de la financiarisation de l’industrie pharmaceutique. « C’est un pied de nez », expose Thierry Bodin, représentant de la CGT, qui veut dénoncer « la quête effrénée de la rentabilité financière au détriment du potentiel scientifique, industriel et social ». « Les responsables de l’industrie pharmaceutique évoquent un changement radical de l’environnement réglementaire pour expliquer la mise en place de mesures drastiques en termes de réduction de coût. On ne peut pas laisser faire », insiste le syndicaliste, tout en énumérant les 50 plans de restructurations programmés de 2007 à aujourd’hui et « conduisant à quelque 10 000 suppressions d’emplois sans compter les emplois induits ». Pour Thierry Bodin, ces plans ne « visent qu’à maintenir ou augmenter les marges ». Et de citer quelques chiffres significatifs : la productivité mesurée par le chiffre d’affaires généré par salarié a augmenté en moyenne de 39 % en quatre ans dans les 15 premiers laboratoires pharmaceutiques mondiaux. Par ailleurs, c’est le seul secteur dont le chiffre d’affaires est en hausse en 2008 et en 2009. « C’est illogique et illégal. Le droit français permet les licenciements pour maintenir la compétitivité mais pas pour la rentabilité financière, assène le délégué CGT. On ne peut accepter cette situation. Il faut que les pouvoirs publics réagissent. »



Profondes restructurations en vue chez Sanofi-Aventis
, Noëlle Mennella,
Le 19/06/2009 à 20:16

http://www.capital.fr/bourse/actualites/profondes-restructurations-en-vue-chez-sanofi-aventis-397425

PARIS (Reuters) - Sanofi-Aventis a déclaré aux représentants de son personnel réunis en comité de groupe que son projet de transformation entraînerait de profondes restructurations dans certaines de ses activités.

"Lors du comité de groupe, on nous a annoncé que le projet de transformation de Sanofi allait se concrétiser pour certaines activités par de profondes restructurations nécessitant des mesures d'accompagnement adaptées", a dit à Reuters Thierry Bodin, délégué syndical de la CGT.

Aucune précision n'a été donnée mais "les grandes orientations du projet" devraient être divulguées lors d'un comité de groupe extraordinaire prévu au cours de la semaine du 29 juin, a-t-il ajouté.

Un porte-parole du n°4 mondial de la pharmacie a déclaré qu'il ne voulait pas commenter "le contenu de la réunion du comité de groupe France".

Lors de cette réunion, les représentants du personnel ont fait des propositions "visant à maintenir et développer l'activité dans les différents secteurs", a précisé Thierry Bodin.

"PROFITABILITÉ"

Ils ont expliqué que leur mise en oeuvre "nécessitait que la direction du groupe accepte le principe d'une diminution de sa profitabilité" mais "la direction a refusé de s'exprimer sur ce sujet", a poursuivi le délégué syndical.

En annonçant jeudi une décision de la justice américaine d'autoriser la vente de copies génériques de son anti cancéreux Eloxatine, Sanofi-Aventis a confirmé qu'il prévoyait toujours pour 2009 une croissance du bénéfice net par action d'au moins 7% à changes constants.

Chris Viehbacher, le nouveau directeur général du laboratoire, surnommé le "smiling killer" (le tueur souriant), a présenté le 11 février dernier le "programme de transformation" du groupe.

Celui-ci est notamment basé sur un nettoyage du portefeuille de médicaments, sur des acquisitions de taille petite ou moyenne dans les médicaments sans ordonnance, les génériques et les vaccins, ainsi que sur une réduction des coûts.

Le but de ce programme est de trouver de nouvelles sources de croissance dans un contexte de pertes de brevets menaçant plus de 20% des ventes à l'horizon 2013, avait-il alors expliqué.

En Bourse, les projets de Chris Viehbacher ont permis un redressement de l'action de la société. Elle a clôturé vendredi sur un gain de 1,04%, portant à 5,5% sa remontée depuis le début de l'année.

Le bilan économique des entreprises du médicament, présenté mercredi, a révélé qu'en 2008 le secteur avait connu près 30 plans de sauvegarde de l'emploi visant plus de 6.500 suppressions de postes.

Edité par Marc Angrand

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire