dimanche 4 octobre 2009

Au "centre opérationel pandémie", "la Défense fait partie des acteurs discrets et efficaces"

Hervé Morin à la Pharmacie centrale des armées d'Orléans. Photo : AFP

Comment l'armée se prépare à la pandémie de grippe A

Agence France Presse, 16 septembre 2009

http://www.lepoint.fr/grippe-a-h1n1/2009-09-16/h1n1-comment-l-armee-se-prepare-a-la-pandemie-de-grippe-a/2024/0/377510


77 millions de comprimés de Tamiflu fabriqués par la Pharmacie centrale des armées, près d'Orléans : depuis mai, la Défense s'est discrètement mobilisée pour faire face à la pandémie de grippe H1N1, au profit des armées comme des populations civiles. "La Défense fait partie des acteurs discrets et efficaces" du plan national de lutte contre la grippe H1N1, a souligné le ministre Hervé Morin lors d'une visite de cet unique site militaire de production de l'antiviral.

Située sur le camp d'Orléans-Chanteau, la pharmacie des armées, avec son vaste bâtiment gris, ses laboratoires immaculés et ses opérateurs en scaphandres blancs, est le seul établissement public habilité à le produire.

Les comprimés de Tamiflu qui en sortent et dont le principe actif est fourni par le groupe pharmaceutique suisse Roche sont destinés, dans un premier temps au moins, au traitement, en milieu hospitalier, de cas graves assortis de complications. Ils sont aussi les seuls à se présenter sous une forme pédiatrique, avec un dosage à 30 mg de principe actif contre 70 mg pour les produits de Roche et ont fait, à ce titre, l'objet d'un brevet déposé par le Service de santé des armées.

"Ici, à Orléans, la pharmacie centrale a produit, depuis 2006, 77 millions de comprimés de Tamiflu, dont 17 millions depuis mai dernier", a précisé le ministre de la Défense. Ce stock permettrait selon lui de soigner 1,4 million de personnes atteintes de la grippe ou d'apporter un traitement préventif à 3 millions d'individus.

Vaccination programmée de 100.000 gendarmes

Mais la pharmacie des armées pourrait reprendre la production à tout moment au rythme maximal de 12 millions de comprimés par semaine pour fournir jusqu'à 300 millions de comprimés. Le ministre de la Défense a indiqué par ailleurs que "six hôpitaux d'instruction des armées -Metz, Marseille, Bordeaux, Brest, le Val de Grâce (à Paris) et Saint-Mandé- disposent de laboratoires agréés pour faire des diagnostics de la maladie". De la même manière, a-t-il poursuivi, "tous nos hôpitaux ont été habilités à accueillir les patients les plus gravement atteints", les armées étant également "prêtes à participer aux campagnes de vaccination de la population (civile) dans les prochaines semaines".

Dernier point : la Défense apporte son concours logistique pour le stockage des antiviraux et des masques sur un certain nombre de ses sites sur l'ensemble du territoire national. Évoquant la préparation des armées elles-mêmes, M. Morin a révélé la mise en place d'un "Centre opérationnel pandémie", animé par une quinzaine de militaires, au coeur même du commandement des opérations, boulevard Saint-Germain à Paris.

"Tous les militaires présents sur des théâtres d'opérations extérieures (de l'Afghanistan au Liban et à l'Afrique, NDLR) et dans les DOM-COM ont reçu des réserves de masques et de Tamiflu pour leur garantir 60 jours d'autonomie", a-t-il encore précisé. Il est prévu, selon lui, de vacciner 130.000 des 230.000 membres du personnel civil et militaire de la Défense ainsi que "les 100.000 gendarmes qui assurent la sécurité publique au quotidien".

Ainsi, selon lui, le "plan de continuité d'activité" des armées doit permettre de préserver quoi qu'il arrive les missions "impératives", comme la dissuasion nucléaire, la défense de l'espace aérien ou les missions de sécurité intérieure (Vigipirate).





Plan de lutte contre la pandémie grippale : Hervé Morin visite la pharmacie centrale des armées d'Orléans

23.septembre2009
http://www.gouvernement.fr/gouvernement/plan-de-lutte-contre-la-pandemie-grippale-herve-morin-visite-la-pharmacie-centrale-des-

En déplacement dans le Loiret, le 15 septembre, Hervé Morin a visité la pharmacie centrale des armées d'Orléans. Cette visite s'inscrit dans le cadre du plan de prévention et de lutte contre la pandémie grippale.

Hervé Morin s'est rendu à la pharamacie centrale des armées d'Orléans qui produit des comprimés de Tamiflu avant de les livrer à une entreprise spécialisée chargée de les conditionner. C'est ensuite le ministère de la santé et des sports qui assure assure le stockage et la distribution du médicament.

"La pharmacie centrale a produit, depuis 2006, 77 millions de comprimés de Tamiflu, dont 17 millions depuis mai dernier", a indiqué le ministre de la Défense. Il s'agit d'un stock qui permettrait "de soigner 1,4 million de personnes atteintes de la grippe ou d’apporter un traitement préventif à 3 millions d’individus". La pharmacie centrale est prête à reprendre la production avec un rendement maximal de 12 millions de comprimés par semaine.

Le ministre a demandé la participation des hôpitaux militaires (Metz, Marseille, Bordeaux, Brest, Paris et Saint-Mandé) capables de faire des diagnostics sur la maladie. Ils doivent être prêts à "accueillir les patients les plus gravement atteints". Hervé Morin a précisé que les armées sont "prêtes à participer aux campagnes de vaccination de la population dans les prochaines semaines".

Il est également prévu de vacciner 130 000 des 230 000 membres du personnel civil et militaire de la Défense, ainsi que les 100 000 gendarmes qui assurent la sécurité publique au quotidien.

Le centre opérationnel pandémie, mis en place par Hervé Morin le 1er septembre, a pour objectif de :

* centraliser les plans de continuité d’activité de l’ensemble des services du ministère ;
* prévenir et lutter contre la pandémie grippale ;
* fournir au ministre des informations sur la disponibilité et les capacités du ministère.


Lutte contre la pandémie : Hervé Morin visite la pharmacie centrale des armées
http://gouvactu.adminet.fr/lutte-contre-la-pandemie-herve-morin-visite-la-pharmacie-centrale-des-armees-synd00113759.html
Le ministre de la Défense Hervé Morin a visité la pharmacie centrale des armées (PCA) d’Orléans-Chanteau (Loiret), le 15 septembre, dans le cadre du plan national de prévention et de lutte contre la pandémie grippale.

La PCA produit des comprimés d’Oseltamivir PG (pandémie grippale) et les livre à une entreprise spécialisée, qui les conditionne ; le stockage et la distribution étant assurés par le ministère de la santé.

Dans le cadre de la mise en œuvre du plan et conformément à la prévention des risques décrits dans le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale, le ministère de la Défense s’est mobilisé très rapidement pour préparer la lutte contre la grippe A (H1N1) et assurer ses missions au profit de la continuité de l’action de l’Etat.

Ses axes d’effort consistent à protéger l’ensemble de ses personnels (mobilisation d’effectifs limités pendant la phase de pandémie, mise en place de mesures barrières pour freiner la contagion (masques FFP2, solutions hydro-alcooliques, mesures de « distanciation », etc.) et à garantir la continuité des missions.

Autre mesure de poids, le ministère de la Défense a activé, depuis le 1er septembre, le centre opérationnel pandémie (COP), placé sous l’autorité directe du cabinet du ministre et du centre de planification et de conduite des opérations (CPCO) de l’Etat-major des armées. Ce COP centralise les plans de continuité d’activité de l’ensemble des unités des armées et services du ministère, et assure également les travaux de planification et de conduite de la prévention et de lutte contre la pandémie. Enfin, il fournit au ministre les indicateurs permettant de connaître au quotidien, notamment, la disponibilité des personnels du ministère et de ses capacités opérationnelles.

Aude Le Calvé

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire