samedi 28 novembre 2009

L'armée va vacciner la population française


Médecins du travail et de l'armée pour lutter contre la grippe A

Par Reuters, publié le 28/11/2009 à 13:23 - mis à jour le 28/11/2009 à 16:18

http://www.lexpress.fr/actualites/2/medecins-du-travail-et-de-l-armee-pour-lutter-contre-la-grippe-a_831758.html

PARIS - Devant l'afflux de demandes de vaccination contre la grippe A (H1N1), le gouvernement a décidé de faire appel aux médecins du travail et au service de santé des armées pour renforcer son dispositif mis en place le 12 novembre.
Devant l'afflux de demandes de vaccination contre la grippe A(H1N1), le gouvernement a décidé de faire appel au service de santé des armées pour renforcer son dispositif. (Reuters/Régis Duvignau)

Devant l'afflux de demandes de vaccination contre la grippe A(H1N1), le gouvernement a décidé de faire appel au service de santé des armées pour renforcer son dispositif. (Reuters/Régis Duvignau)

Le nombre de personnes vaccinées est passé de 12.000 le 12 novembre, date d'ouverture des centres de vaccination collective, à près de 120.000 le 25 novembre, précisent les ministères de l'Intérieur et de la Santé samedi dans un communiqué.

"Depuis une semaine, l'adhésion de la population à la vaccination (...) est en forte augmentation, provoquant, souvent et essentiellement dans les centres urbains, des tensions sur le dispositif mis en place", constatent-ils.

Sur 1.080 centres prévus en métropole, les deux tiers fonctionnent à ce jour et sont souvent pris d'assaut par la population rendue inquiète par la propagation de l'épidémie.

A Paris, la fréquentation moyenne des centres de vaccination est passée d'un millier par jour au début de la campagne à 4.699 vendredi, selon un communiqué de la Préfecture de police qui annonce que les capacités des centres parisiens seront doublées la semaine prochaine.

Le dernier bilan communiqué vendredi par l'Institut national de veille sanitaire (InVS) faisait état de 76 morts en métropole dont deux à la suite d'une mutation du virus, soit huit décès de plus en deux jours.

Le président Nicolas Sarkozy, en visite dans les Caraïbes, a annoncé peu après un renforcement du dispositif de vaccination.

INTERNES ET MÉDECINS DU TRAVAIL MOBILISÉS

Conformément aux directives du chef de l'Etat, des instructions ont été données aux préfets pour ouvrir "très rapidement" les centres non encore opérationnels et pour allonger les plages d'ouverture de ceux en service, notamment le mercredi et le samedi, indique le communiqué officiel.

Des ressources complémentaires sont également annoncées avec 650 internes mobilisés quotidiennement dans les centres et l'appui des médecins du travail et du service de santé des armées.

"A partir de la semaine prochaine, nous recrutons des médecins du travail, des médecins salariés qui vont venir dans les centres, et (...) également des médecins du service de santé des armées", a dit la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, lors d'une conférence de presse.

En Ile-de-France, où 163 centres ont été ouverts, les plages horaires seront étendues et les capacités de vaccination seront augmentées, a annoncé la Préfecture de police.

"A Paris par exemple, les capacités de vaccination de chacun des 12 centres pour adultes actuellement ouverts seront doublées. Chaque centre sera ainsi en mesure de vacciner deux fois plus de personnes par jour", a-t-elle précisé.

Les ministères de l'Intérieur et de la Santé rappellent, dans leur communiqué, que "seules les personnes munies d'un bon émis par l'assurance maladie peuvent se présenter" dans les centres afin de respecter les procédures prévues pour la campagne nationale de vaccination.

Roselyne Bachelot en avait appelé vendredi au "civisme de chacun" pour permettre aux personnes les plus fragiles d'être vaccinées dans l'ordre de priorité fixé par les autorités.

Les horaires des centres de vaccination sont communiqués sur les sites internet des préfectures, au numéro d'appel info-grippe (0 825 302 302) et par affichage local.

Le ministère de la Santé a commandé en tout 94 millions de doses de vaccin pour faire face à la pandémie.




t

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire