mardi 10 novembre 2009

Le premier ministre polonais Donald Tusk refuse d'acheter les vaccins et accuse les sociétés pharmaceutiques


La Pologne refuse les vaccins H1N1
Agence France Presse, 06/11/2009 | http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/11/06/01011-20091106FILWWW00529-la-pologne-refuse-les-vaccins-h1n1.php
Le premier ministre polonais Donald Tusk a accusé aujourd'hui les sociétés pharmaceutiques de chercher à rejeter sur les gouvernements la responsabilité pour d'éventuels effets secondaires des vaccins contre la grippe H1N1, justifiant ainsi le refus de la Pologne de les acquérir.

"Nous savons que les sociétés qui offrent les vaccins contre la grippe H1N1 ne veulent pas prendre la responsabilité des effets secondaires de ce vaccin", a déclaré Tusk à la presse. "Elles refusent de les mettre sur le marché, parce que leur responsabilité juridique serait alors plus grande. Elles demandent des clauses qui ne sont probablement pas conformes à la législation polonaise, et qui rejettent toute la responsabilité sur le gouvernement d'un pays en ce qui concerne les effets secondaires et des indemnisations éventuelles,", a-t-il ajouté.

La Pologne refuse pour l'instant d'acheter des vaccins contre la grippe H1N1, estimant qu'ils n'ont pas encore été suffisamment testés par les autorités médicales.



http://virginie-en-pologne.over-blog.com/article-la-ministre-de-la-sante-ne-cede-pas-a-la-panique-h1n1-38744373.html

Invitée hier soir de l'émission "Kropka nad i" (les points sur les i) sur TVN24, Ewa Kopacz, ministre polonaise de la Santé, a expliqué sa position très ferme de ne pas céder à la panique ni à la pression médiatique qui voudrait que le gouvernement achète des vaccins contre la grippe A qui a "officiellement passé la frontière ukrainienne lundi 2 novembre".

Fidèle à son style agressif, la journaliste Monika Olejnik a attaqué la ministre en lui opposant les décisions des gouvernements européens et notamment français d'avoir déjà acheté des millions de doses de vaccins afin de procéder à une vaccination généralisée de la population. "L'organisme d'un Polonais n'est pas différent de celui d'un francais !" a-t-elle avancé.
La ministre a expliqué très fermement que le vaccin n'était pas complètement testé et pouvait faire encourir des risques sérieux d'effets secondaires. La ministre ne fait pas confiance au vaccin et a son producteur qui ne veut prendre aucune responsabilité sur la fiabilité du vaccin.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire