mercredi 9 décembre 2009

La grippe A HN1 provoque des lésions pulmonaires similaires à la grippe de 1918 et de 1957


Agencse France Presse, 08 décembre 2009 23h13
http://www.romandie.com/infos/News2/091208221305.h8f217tk.asp

La grippe H1N1 cause des lésions aux poumons, selon une étude américaine

WASHINGTON - La grippe H1N1 endommage l'ensemble des voies respiratoires, de la trachée aux alvéoles pulmonaires, tout comme les virus qui ont causé les pandémies de grippe meurtrières de 1918 et 1957, selon une étude américaine publiée mardi.

Des scientifiques de l'Institut national de la santé (National Institutes of Health) et des responsables de la santé de la ville de New York ont étudié au microscope des tissus provenant de 34 personnes décédées des suites de la grippe H1N1.

Ils ont découvert "un éventail de lésions, aussi bien dans les voies respiratoires supérieures que dans les voies inférieures", a indiqué Jeffery Teubenberger, l'un des auteurs de l'étude parue dans l'édition en ligne de Archives of Pathology and laboratory Medicine.

Dans l'ensemble des cas étudiés, la trachée et les bronches étaient enflammées et parfois gravement endommagées. Dans 18 cas, soit plus de la moitié, des lésions ont été observées dans les bronchioles et dans 25 cas, soit près des trois-quarts de l'échantillon, jusque dans les alvéoles pulmonaires.

"Ce type de pathologie des tissus respiratoires est similaire à ce qui avait été observé sur les victimes des pandémies de grippe de 1918 et de 1957", a déclaré Jeffery Taubenberger, virologue à l'Institut national américain des allergies et des maladies infectieuses (NIAID).

Il s'agit en revanche d'une pathologie différente de celle de la grippe saisonnière, qui "provoque généralement des lésions dans la trachée et les bronches, mais pas à l'intérieur des poumons", a expliqué ce chercheur à l'AFP.

L'échantillon étudié illustre aussi une des particularités de la grippe H1N1, qui frappe plus souvent les jeunes que les personnes âgées. Une seule des victimes étudiées avait plus de 60 ans, et 24 sur 34 avaient moins de 50 ans.

Dans 9 cas sur 10, les victimes souffraient de problèmes de santé préalables, comme des maladies cardiaques et respiratoires ou une déficience du système immunitaire, ou bien étaient des femmes enceintes, ce qui avait déjà été observé lors de précédentes pandémies.

Mais l'étude met en évidence une nouvelle caractéristique affectant les trois-quarts des victimes: l'obésité.

"L'obésité n'avait pas été identifiée lors des précédentes pandémies, et la nature du lien entre l'obésité et la grippe n'est pas claire", souligne M. Taubenberger.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire