samedi 2 janvier 2010

Le Conseil de l'Europe lance une enquête sur la déclaration d'urgence pandémique par l'O.M.S. et sur son éventuelle corruption (2)


F. William Engdahl, 31 décembre 2009, Original : www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=16667, Traduction copyleft de Pétrus Lombard



Les membres du Conseil de l'Europe lanceront une enquête en janvier 2010 sur l'influence des compagnies pharmaceutiques dans la campagne mondiale de grippe porcine, en se concentrant plus particulièrement sur l'étendue de l’influence de l'industrie pharmaceutique au sein de l'OMS. Le Comité sur la santé du Parlement européen a adopté à l'unanimité une résolution exigeant une enquête. Cette démarche est une initiative attendue depuis longtemps pour assurer la transparence publique sur un « Triangle d'or » de la corruption thérapeutique entre l'OMS, l'industrie pharmaceutique et les chercheurs universitaires, qui ont compromis à jamais la vie de millions de gens et même provoqué la mort.



La motion du Parlement a été présentée par le Dr Wolfgang Wodarg, ancien membre du SPD au Bundestag allemand et aujourd’hui Président du Comité européen sur la santé du Parlement. Wodarg est médecin et épidémiologiste, spécialiste en maladies pulmonaires et en médecine environnementale. Il considère que la campagne actuelle sur la pandémie de grippe porcine de l'OMS est « l'un des plus grands scandales médicaux du siècle. » [1]



Le texte de la résolution venant juste d’être adoptée par un nombre suffisant au sein du Conseil du Parlement de l'Europe, dit entre autres choses, « Afin de promouvoir leurs médicaments et vaccins brevetés contre la grippe, les compagnies pharmaceutiques ont influencé les scientifiques et les organismes officiels responsables des normes de santé publique, afin d’alarmer les gouvernements du monde entier et leur faire gaspiller leurs maigres ressources de santé dans des stratégies vaccinales inefficace et exposer inutilement des millions de gens en bonne santé au risque d'un nombre inconnu d'effets secondaires des vaccins insuffisamment testés. La campagne de grippe aviaire (2005/06) combinée à la campagne de grippe porcine semblent avoir provoqué beaucoup de dégâts, non seulement chez certains patients vaccinés et dans les budgets de santé publique, mais aussi dans la crédibilité et la responsabilisation d’importantes agences de santé internationales. » [2]



L'enquête Parlementaire se penchera sur la question de la « fausse pandémie » déclarée en juin 2009 par l'OMS sur les conseils de son groupe d'experts universitaires, le SAGE, dont il a été documenté que de nombreux membres ont des liens financiers profonds avec GlaxoSmithKline, Roche, Novartis, ces mêmes géants pharmaceutiques qui profitent de la production de médicaments et de vaccins non testés contre le H1N1. Elle étudiera l'influence de l'industrie pharmaceutique dans la création de la campagne mondiale contre la fameuse grippe aviaire du H5N1. L’enquête aura la priorité « urgente » à l'assemblée générale du Parlement.



Dans sa déclaration officielle devant le comité, Wodarg a critiqué l'influence de l'industrie pharmaceutique sur les scientifiques et les responsables de l'OMS, affirmant que cela a conduit à une situation où « des millions de gens en bonne santé sont exposés inutilement aux risques des vaccins mal testés, et cela, pour une souche grippale « infiniment moins dangereuse » que toutes les épidémies de grippe antérieures.



Wodarg dit que l'enquête du Parlement européen doit se concentrer particulièrement sur le rôle de l'OMS et sa déclaration de l’état d'urgence pandémique en juin. Pour la première fois, en avril 2009, au moment où étaient signalés les premiers cas au Mexique, les critères pandémiques de l'OMS ont été modifiée de manière à déclarer l’état « pandémique » non pas sur le risque réel de maladie mais sur le nombre de cas de la maladie concernée. En cataloguant pandémie la grippe porcine, les pays ont été obligés de mettre en œuvre les plans pandémiques et d’acheter les vaccins contre la grippe porcine. Du fait que l'OMS n'est soumise à aucun contrôle parlementaire, Wodarg affirme qu'il est nécessaire que les gouvernements insistent sur le fait qu’elle doit rendre compte de ses actions. L'enquête permettra aussi de jeter un coup d’œil sur le rôle des deux organismes déterminants en Allemagne dans la publication des directives sur la pandémie, l’Institut Paul-Ehrlich et Robert-Koch Institut.
Bravo !

Notes




1. Rainer Woratschka, Schweinerei mit der Grippe, Der Tagesspiegel, 16 décembre 2009 :
www.tagesspiegel.de/politik/international/Schweinegrippe-Europarat;art123,2976433.



2. Dr Wolfgang Wodarg, Motion for a Resolution and a Recommendation: Faked Pandemics - a threat for health :
www.wodarg.de/english/2948146.html.




F. William Engdahl est l'auteur de plusieurs ouvrages en anglais dont deux sont traduits en français : OGM : Semences de destruction : L’arme de la faim et Pétrole, une guerre d'un siècle : L'ordre mondial anglo-américain. Il est joignable depuis son site, www.engdahl.oilgeopolitics.net.

Original : www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=16667
Traduction copyleft de Pétrus Lombard

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire