mardi 12 janvier 2010

L'enquête du journal danois "Information" et de "Science" sur la collusion de l'industrie pharmaceutique avec l'OMS, et sur le comité d'urgence secret

Les décisions prises par l'Organisation Mondiale de la Santé (O.M.S.)d'avril à juin 2009 sur la l'émergence de la grippe A en Amérique du Nord ont largement conditionné la déclaration d'un état d'urgence sanitaire planétaire et le lancement d'une campagne mondiale de vaccination. Au centre de ces décisions se trouvent deux comités très controversés: le Strategic Advisory Group of Experts on Immunization (SAGE) et le "Comité d'urgence" pour la grippe A.

Le journal danois Information accuse les docteurs Albert Ostenhaus, Frederick Hayden et Arnold Monto, décideurs de l'OMS, d'être corrompus par l'industrie pharmaceutique britannique, américaine et suisse (Glaxo Smith Kline, Johnson, MedImmune, Baxter, Novartis, ViroPharma, Roche) dans un article publié le 15 novembre 2009 dans le journal danois Information sous le titre "Fort lobbying derrière la décision de l'OMS d'engager la vaccination de masse" par Louise Voller et Kristian Villesen. "Beaucoup de chercheurs en apparence impartiaux employés par l'OMS sont en réalité payés par les sociétés qui produisent les vaccins." Le professeur Tom Jefferson, épidémiologiste au Centre de Cochrane à Rome déclare "qu'il est préoccupant que de nombreux membres des commissions, qui se présentent avec d'autres titres, représentent de facto l'industrie pharmaceutique". Le Dr Albert Osterhaus est ainsi connu aux Pays-Bas comme le "Docteur Vaccin contre la grippe", parce qu'il promeut la réponse à apporter aux épidémies.

Le journal scientifique Science est à l'origine de la polémique sur le Dr Albert Osterhaus. Un article publié par Martin Enserink le 16 octobre 2009 a provoqué un débat en urgence du parlement néerlandais. "Ces six derniers mois on ne pouvait allumer la télévision aux Pays Bas sans voir la tête du Dr Albert Osterhaus, chasseur de virus renommé, parler de la pandémie de grippe.[...] Mais la semaine dernière sa réputation a brutalement chuté après qu'il fut prétendu qu'il avait répandu la peur de la pandémie pour promouvoir ses propres intérêts financiers dans le développement des vaccins."

Le Dr Frederick Hayden apparaît comme membre de "The Welcome Trust" à Londres. Mais dans une recherche sur Google montre que le Dr Hayden a bien d'autres employeurs.«payé conseiller" pour les sociétés pharmaceutiques Roche, RW Johnson, SmithKline Beecham et Glaxo Wellcome.

Le Dr Arnold Monto est payé comme consultant des entreprises MedImmune, qui produit des vaccins contre la grippe inhalable, Glaxo Wellcome et ViroPharma.

Ces docteurs sont membre du SAGE, une puissante commission d'expert de l'OMS chargée de définir la politique vaccinale. Le groupe SAGE est le principal organisme de consultation de l'OMS pour les vaccins et la vaccination. Sa tâche est de conseiller l'OMS sur les politiques et stratégies mondiales pour le vaccin et la technologie, la recherche et le développement et la prestation de la vaccination. Il ya 15 membres permanents du groupe.Des représentants de l'industrie pharmaceutique (Novartis, Baxter) sont également présents dans le SAGE, officiellement comme "observateurs". "Il ya plus de gens de l'industrie pharmaceutique dans la salle qu'il n'y a de décideurs" commente Mauri Johansson. Les liens des experts avec l'industrie pharmaceutique ne sont pas mentionnés dans les documents de l'OMS comme ils devraient l'être.


Tom Jefferson du Cochrane analyse les mystérieuses recommandations de l'OMS: "Dans les dernières recommandations de l'OMS sur le contrôle de la grippe pandémique le lavage fréquent des mains n'est mentionné que deux fois. Les vaccins et les antiviraux sont en revanche mentionnée 24 et 18 fois. Pourquoi un organisme international de santé publique se concentre-t-il sur une intervention beaucoup plus coûteuse comme les vaccins et les médicaments au moment où il n'est pas prouvé qu'ils fonctionnent?"

Pour Wolf Dieter Ludwig, président de l'association des médecins allemands sur les médicaments, "Les autorités ont laissé mener la campagne par l'industrie pharmaceutique, qui cherche à monétiser une menace inexistante"

Dans un autre article du journal Information du 11 décembre 2009 "Faites vous confiance à l'OMS?, on apprend qu'un "Comité d'Urgence" de l'Organisation Mondiale de la santé est chargé de déterminer le niveau d'alerte mondiale de la pandémie. Ce comité est composé de 18 membres inconnus du public. En effet, ce comité demeure secret "pour éviter les pressions" sur ses membres. Ses rapports sont secrets et remis directement à la direction de l'OMS. Il existe donc un comité secret qui fait la pluie et le beau temps sur les niveaux d'alerte pandémiques mondiales






t

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire